Yogani sur la coronavirus

Tristan
Messages : 7
Inscription : 15 Oct 2019, 22:33

Yogani sur la coronavirus

Message par Tristan » 06 Avr 2020, 20:21

Yogani sur la coronavirus...

"Addition 259.3 - Yoga et peur pendant une crise mondiale. Que faire?
17 mars 2020

Il y aura toujours des hauts et des bas dans le monde. C'est la nature de l'univers de la matière et de notre existence mortelle. Parfois, les hauts et les bas peuvent aller à l'extrême. Inévitablement, ce sera le cas. Du côté positif, il peut sembler que les bons moments dureront pour toujours, ce qui ne sera jamais le cas évidemment, au moins pour un temps. Du coté négatif, il peut parfois sembler que le monde touche à sa fin, que ce soit pendant la guerre, la famine, la maladie ou les difficultés économiques. Pourtant, les extrêmes négatifs prennent également fin et la vie continue.

Les extrêmes de la condition humaine dans le monde peuvent entraîner des émotions humaines extrêmes chez les individus et la population dans son ensemble, représentés par un sur-optimisme (orgueil démesuré) à une extrémité du spectre et une paralysie de la peur (panique) à l'autre extrémité.

En tant que pratiquants de méditation profonde et autres pratiques de yoga liées, nous devenons progressivement immunisés contre ces émotions extrêmes. Ils seront toujours là dans une certaine mesure, mais au fur et à mesure que nous nous retrouverons de plus en plus établis dans un silence intérieur constant, nous serons témoins de ces émotions en tant qu'objets externes à notre conscience, plutôt que d'être identifiés avec eux comme faisant partie de notre moi, souffrir à travers eux et prendre des décisions qui ne sont pas dans notre intérêt ni celui es autres. Il y a donc un grand avantage à avoir une pratique de méditation établie, surtout si elle dure depuis des mois et des années. Plus nous pratiquons quotidiennement, plus notre condition spirituelle sera forte et moins nous souffrirons, quelle que soit la gravité des circonstances défavorables que nous pouvons rencontrer individuellement ou collectivement dans la société. En fin de compte, nous pouvons embrasser nos émotions, et tout le reste, avec amour dans l'unité.

En période de crise, comme la pandémie de 2020, la plupart des gens se préoccupent de leur santé, plus que de leur état spirituel. C'est compréhensible. Pour ceux qui ont une pratique quotidienne, il y aura un avantage (témoin transcendant) à réduire la souffrance, et il est suggéré de maintenir les pratiques du mieux que nous pouvons dans les circonstances où nous nous trouvons. Pendant ces périodes, la plus grande influence proviendra des pratiques que nous avons pratiquées auparavant, du passé jusqu'à présent.

Pour ceux qui commencent ces pratiques pendant une crise, il peut y avoir un soulagement immédiat de la peur et de la souffrance, et d'autres bienfaits dans le flux divin que nous sommes moins en mesure de quantifier. Cependant, il convient de souligner que le silence intérieur total (témoin) et tout ce qui va avec, comme discuté tout au long des leçons AYP, ne se produisent pas du jour au lendemain. Il faut du temps dans les pratiques quotidiennes pour cultiver une base solide dans l'immobilité, puis développer la capacité de bouger dans l'immobilité (flux divin), où notre vie quotidienne ordinaire peut prendre des qualités qui peuvent sembler miraculeuses. Les pratiquants à long terme sont moins sujets aux émotions, aux difficultés et aux souffrances extrêmes associées aux hauts et aux bas de la vie. Par conséquent, nous devrions tous devenir des pratiquants à plus long terme!

Quelles que soient nos conditions spirituelles et nos pratiques, nous ferons tous de notre mieux pendant une période d'adversité pour soulager la souffrance de notre famille, de nos amis et du monde en général. Ce sont des moments comme ceux-ci qui peuvent faire ressortir le meilleur de nous. En période de crise où des vies sont en jeu, assurez-vous de suivre les consignes de sécurité fournies par les autorités où que vous viviez.

En attendant, nous pouvons nous attendre à la fin de la crise, à la résurgence inévitable de la bhakti (désir de pratiquer quotidiennement) et au progrès spirituel qui l'accompagne. Tout ira bien.

Le gourou est en vous.
[Yogani]

Répondre